« Namur au temps passé » par Franz Kegeljan


La cathédrale Saint-Aubain et l'église Saint-Jean l'Evangéliste au XVIe siècle
Le Pôle muséal Les Bateliers
» Présentation  » Ressources
Nombre de ressources
0
Statut juridique
Communication réservée

» Ressources

François-Jules Kegeljan (Namur 1847- Wépion 1921), appelé Franz Kegeljan, est issu d’une famille originaire de Düsseldorf installée à Namur à la fin du 18e siècle. Fils de banquier et directeur d’entreprise, Franz évolue dans le milieu bourgeois fortuné de l’époque qui lui permettra de vivre sa vie entière en rentier. Souffrant d’asthme, il effectue dès sa jeunesse des séjours en cure à l’étranger. Ces voyages en Allemagne, en France et en Italie seront pour lui l’occasion d’élargir ses connaissances tant artistiques qu’historiques et de pratiquer son art. En 1868, il épouse Louise Godin, issue d’une riche famille d’industriels. Un fils naît de cette union, Fernand, en 1869. Ils font construire un imposant hôtel particulier rue de Fer et acquièrent une vaste propriété à Wépion. Mais l’entente au sein du couple est de courte durée et le décès de leur fils, en 1886, ne les rapprochera pas. Chacun mène sa vie de son côté, Louise dans l’hôtel rue de Fer, Franz entre Wépion et Bruxelles où il connait une deuxième vie sentimentale. Les époux finissent par divorcer et Franz épouse alors Marie Pyre. L’artiste décède en mars 1921 d’une affection cardiaque. Franz Kegeljan a pour particularité d’avoir réalisé une œuvre historique en illustrant sa ville à travers les âges. Il en fait don aux Namurois en 1900. La vingtaine de tableaux est d’abord exposée au Musée archéologique pour ensuite trouver une place au sein de l’Hôtel de Ville. Mais en août 1914, les troupes allemandes incendient le bâtiment et les toiles de l’artiste partent en fumée. Déjà âgé, Kegeljan se remet alors au travail pour faire un second don, en 1921, de sa collection reconstituée et enrichie d’œuvres supplémentaires, dont de nombreux dessins. Il décède peu de temps après. Son épouse fera encore une donation supplémentaire à la Ville lors de la dispersion de l’atelier du peintre en 1924.