Manuscrits de l'abbaye de Saint-Trond


Ordinarius ceremoniarum
Nombre de ressources
55
Statut juridique
Libre de droits

» Ressources

Autres collections

Chroniques Liégeoises (ULG)
» Présentation  » Ressources
Collection Blaschka
» Présentation  » Ressources
Manuscrits (ULG)
» Présentation  » Ressources
Manuscrits des Couvents des Croisiers
» Présentation  » Ressources

L’abbaye de Saint-Trond est fondée au VIIe siècle par Trudon qui, selon la tradition, aurait fait la promesse de construire sur son domaine hesbignon une église. Après une formation ecclésiastique à Metz, il revient vers 659 en Hesbaye et vers 664, saint Théobard, évêque de Saint-Trond, consacre une église dédiée à saint Quentin et saint Rémi. A la mort de Trudon (vers 693), ce dernier ayant cédé ses biens à l’évêque de Metz, le domaine resta sous l’autorité des évêques de Metz pendant deux siècles. A la fin du XIIe siècle, Saint-Trond devient un centre de pèlerinage important, on vient y vénérer les tombes de saint Trond et de saint Eucher d’Orléans. Cette époque correspond également à une période de construction. Une école est ouverte au sein de l’abbaye. Au début du XIIIe siècle, les évêques de Metz et de Liège échangent leur souveraineté sur Maizières et Saint-Trond. L’abbaye de Saint-Trond va au fil des siècles prendre de l’importance, connue notamment pour son scriptorium et sa bibliothèque. Malgré l’incendie de la bibliothèque en 1538, on conserve aujourd’hui de nombreux manuscrits antérieurs à l’incendie. La production de manuscrits au sein de l’abbaye de Saint-Trond se perpétue durant le XVIe siècle avec la particularité de voir des gravures introduites dans les manuscrits à la place des enluminures. Les manuscrits de Saint-Trond sont à ce titre de précieux témoins du travail des scriptoria en Principauté de Liège durant le Moyen Âge et la Renaissance. L’Université de Liège conserve une centaine de manuscrits dont le plus ancien date de la première moitié du IXe siècle. Ces manuscrits illustrent la diversité de la bibliothèque de l’abbaye puisqu’à côté des textes des Pères de l’Église et de leurs exégèses, on trouve des chroniques de l’abbaye, ainsi que des œuvres littéraires comme deux copies de la Pharsale de Lucain ou Ysengrain du XIIIe siècle. Le fonds est constitué de 99 volumes manuscrits, tous conservés dans la salle des manuscrits de l’Université.

La Direction du Pep's à la Fédération Wallonie-Bruxelles en a numérisé 55 que nous vous présentons ici.