Plans du Canal du Centre


Pont-levis
Ecomusée du Bois-du-Luc
» Présentation  » Ressources
Nombre de ressources
25
Statut juridique
Libre de droits

» Ressources

Autres collections

Cartes et plans (Bois-du-Luc)
» Présentation  » Ressources
Photographies : Charbonnages
» Présentation  » Ressources

Le canal du Centre est un canal qui relie le canal Bruxelles-Charleroi au canal Mons-Condé et au canal Nimy-Blaton-Péronnes. Sa longueur totale est de 20,9 kilomètres.

La région du Centre est un des grands bassins du sillon Sambre-et-Meuse, entre le Borinage et Charleroi.

La section La Louvière-Thieu héberge les quatre ascenseurs à bateaux du Canal du Centre. L'un permet de rattraper une dénivellation de 15,40 mètres, les trois autres de 16,93 mètres chacun. Au total, ils permettent de rattraper une dénivellation de 66 mètres.

Ces ascenseurs pour bateaux, entièrement mûs par la force hydraulique, font désormais partie du patrimoine mondial de l'UNESCO. Ils ne sont toutefois plus utilisés que pour le tourisme, depuis la mise en service, en 2002, du nouvel ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu, construit en parallèle à l'ancien canal, pour de grands gabarits (1350 t). La collection de l’Ecomusée du Bois-du-Luc est formée de deux ensembles.

Le premier ensemble hérite de l’ancienne activité du site du Bois-du-Luc. Il s’agit d’un ensemble d’objets et surtout d’archives qui embrassent la mémoire minière centrée sur les charbonnages du Bois-du-Luc.

Le deuxième ensemble est constitué par les opérations de sauvetage et de collecte menées par l’Ecomusée dès 1984. Les entreprises régionales de diverses natures (métallurgies, faïenceries, industries alimentaires, entreprises de construction ferroviaire, etc.) sont représentées par des objets (essentiellement des machines) et par des archives (le fonds le plus important à caractère non minier est celui de Baume & Marpent).

A côté de ce patrimoine industriel, a été constitué un fonds important de pièces relatives à la vie quotidienne : loisirs, vie domestique, folklore, artisanat, etc.

Les collections sont issues des dons de la population locale, comme l’entend le principe d’un « Ecomusée ».